LE THINK TANK DES FRANçAIS EXPATRIés ou des binationaux résidant hors de France

Le think tank francais-etranger.org rassemble des citoyens français expatriés ou des binationaux vivant hors de France d'hier, d'aujourd'hui ou de demain et des experts internationaux francophones dans le but de contribuer au débat sur la recherche d'améliorations, de "best practices" pouvant être mises en oeuvre en France dans le cadre de réformes structurelles pour adapter notre pays aux réalités de la mondialisation.

dimanche 24 octobre 2010

Expatriés … ou émigrés : 100.000 français quittent le pays tous les ans !

En dix ans, la population française établie hors des frontières se serait accrue de 40%. Ce sont les chiffres publiés au 31 décembre dernier par l'Assemblée des Français de l'Etranger (AFE). Soit une augmentation de 3 à 4% par an et un total de plus de 2 millions de Français installés à l'étranger. Estimation seulement car l'inscription au registre mondial n'est pas obligatoire.

Le think tank francais-etranger.org pense que ce chiffre serait beaucoup plus proche de 3 milions.

Une enquête réalisée par la Direction des Français de l’Etranger et des Etrangers en France (DFAE) « Enquête sur l’expatriation des Français en 2008 » témoigne que « pour de nombreux sondés, le niveau élevé de chômage, ainsi que la difficulté à trouver un emploi en France malgré la détention d’un diplôme ont été des facteurs déterminants de l’expatriation ». Il est à noter ensuite qu' « une partie des expatriés se déclare ainsi inquiète devant la « dégradation du climat social », quand l’autre déplore l’incapacité de la France à « s’adapter au changement » et les blocages engendrés par les corporatismes ».

Cette enquête donne des indications précieuses que vous pouvez consulter à cette adresse : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/les-francais-etranger_1296/...
Les expatriés partent en Europe occidentale (49%), en Asie/Océanie et en Amérique du Nord. Les pays anglo-saxons restent fortement attractifs et le Canada a pris la place des USA. Certains pays comme l'Allemagne, le Maroc ou encore l'Irlande perdent du terrain au profit du Brésil, de l'Argentine et de certains pays africains comme la Côte d’Ivoire, le Gabon et l’Égypte.

Pourquoi sont-ils partis ? 65% des expatriés affirment rechercher une nouvelle expérience
professionnelle et près du tiers, une augmentation de revenus. Le désir de découvrir un nouveau pays est évoqué devant les motivations professionnelles ou linguistiques.

Finissent-ils par rentrer ou ne rentrent-ils que pour repartir ou encore choisissent-ils de rester sur place ? En clair, combien d'expatriations se transforment en émigrations ? L'étude ne fournit pas de réponse à cette question pas plus que d'estimation sur les « intentions de départ ».

L'émigration semble faire couler moins d'encre que l'immigration. Cet accroissement régulier de l'expatriation et les questions qui l'accompagnent mériteraient un traitement approfondi. Le think tank francais-etranger.org va s'employer d'étudier ce phénomène montrant les carences de la France dans le domaine entrepreneurial, économique et la difficulté des réformes en général.

La stigmatisation des français de l'étranger par certains hommes politiques comme le député socialiste Jérôme CAHUZAC (voir notre article du 10 octobre) en les faisant passer pour des nantis, des exilés fiscal ou même parfois des traites à la nation est irresponsable, démagogique et démontre à quel point de nombreux hommes politiques français ont une méconnaissance totale du monde actuel et des challenges qui attendent notre pays.

On voit bien le ridicule de cette position lorsque l'on dénombre largement moins de 1000 exilés fiscal par an et un solde migratoire de 100 à 120.000 français par an qui s'expatrient ou émigrent à l'étranger.

Les français de l'étranger auront la chance historique en 2012 de faire entendre leur voix et de voter pour élire leurs députés. Il faudra bien que les partis et les hommes politiques prennent en compte les aspirations de ces électeurs qui ne sont pas moins citoyens français n'en déplaise à monsieur Cahuzac. Les raisonnements simplistes de cette sorte pourraient coûter chers à ceux qui les avanceront.

Un million de français votant en 2012 pourrait bien faire la différence que ce soit à la présidentielle qu’aux législatives. C’est ce qui est arrivé en Roumanie il y a moins d’un an lorsque le solde positif de 70.000 voix des roumains de l’étranger ont permis d’élire le président démocrate libéral roumain Trian Bacescu avec moins de 50.000 voix d’avance sur son rival social démocrate Mircea Geoana.

Cela devrait faire réfléchir les états major des partis français pour écouter et considérer un peu mieux nos expatriés et éviter qu’ils ne deviennent des émigrés pour de bon et que la France perdent beaucoup de talents pour toujours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire