LE THINK TANK DES FRANçAIS EXPATRIés ou des binationaux résidant hors de France

Le think tank francais-etranger.org rassemble des citoyens français expatriés ou des binationaux vivant hors de France d'hier, d'aujourd'hui ou de demain et des experts internationaux francophones dans le but de contribuer au débat sur la recherche d'améliorations, de "best practices" pouvant être mises en oeuvre en France dans le cadre de réformes structurelles pour adapter notre pays aux réalités de la mondialisation.

dimanche 20 mars 2011

Les grands travaux européens : la bonne piste de Dominique Strauss Kahn

Chers lecteurs,
Suite à l'article publié le 21/02/2011 par Pierre Charlier sur le journal ladepeche.fr, le think tank francais-etranger.org rebondi sur l'une des petites phrases de Dominique Strauss-Kahn concernant la nécessité de lancer des grands travaux européens : "le message qu'il aura aussi enfoncé, en rêvant d'une Europe des grands travaux".
Le mot « socialiste », pour DSK ? « L'espoir, l'avenir, 
l'innovation » a-t-il répondu./Photo AFPNe doutons pas, heureusement, il ne sera pas le seul à mettre à son programme cette mesure essentielle pour vaincre le chômage en Europe,  mais il aura eu le mérite d'en parler en premier et rendons lui gage que ce n'est pas la première fois que DSK en parle. 
Dominique Strauss Kahn, ancien leader socialiste, est bien entendu entouré au FMI de conseillers pro-européens, pro-mondialistes, pro-développements et surtout pro-libéraux qui n'ont pas grands choses à voir avec nos "Grands Commis de l'Etat" énarques formés à la sauce interventionniste étatique à la Française! Alors la France peut elle être réformée par un membre du Parti Socialiste plus libéral que la plupart des membres libéraux de l'UMP? Pourrait il avoir la force de s'opposer aux hauts fonctionnaires pour adopter les réformes structurelles nécessaires?

L'avenir le dira (très vite). Et heureusement car la France et les Français ne peuvent plus attendre.

La rédaction de francais-etranger.org
20 mars 2011


Ci-après l'article de ladepeche.fr : Dominique Strauss-Kahn s'estime "plus libre que jamais"

Dominique Strauss-Khan a répété hier soir qu'il n'était « que le directeur général du FMI », mais en soulignant le déficit social de l'Europe, il a aussi lancé son message aux Français.

« Mon statut m'interdit de parler de la France ? Je parlerai donc du monde, de l'Europe et de mon travail quotidien pour sauver de la crise les pays en difficulté, en tant que directeur général du FMI. Et comme la France fait partie du monde et de l'Europe, chacun comprendra… »

C'est la stratégie qu'a donc choisie Dominique Strauss-Khan, au journal de « France 2 », face à Laurent Delahousse pour n'avoir pas à répondre directement à LA question : serez-vous candidat pour l'élection présidentielle de 2012 ?

Mais Dominique Strauss-Khan n'en a pas moins continué à semer ses petits cailloux blancs sur son éventuel chemin vers l'Élysée. Car oui, il va « bien, très bien » mais il reste « très préoccupé parce ce que la crise est loin d'être terminée » et c'est bien « la rencontre avec les Français, avec
[ses] compatriotes » qui lui « manque le plus », répond-il d'emblée. Précarisation croissante des classes moyennes, besoin d'une autre politique économique et de plus de « justice » : « C'est vrai que c'est en Europe qu'il y a la crise sociale la plus forte et c'est là qu'il faut porter le fer », a insisté Dominique Strauss-Khan. « Je suis un homme plus libre que je ne l'ai jamais été car j'ai la possibilité de dire à tous les chefs d'état[…] ce qui ne va pas. » : le message qu'il aura aussi enfoncé, en rêvant d'une Europe des grands travaux plutôt que d'une France des petites phrases… « Les élus doivent se consacrer à résoudre les problèmes des gens » a-t-il asséné, répondant aux attaques de l'UMP, tout en soulignant qu'au FMI, lui « s'occupe des problèmes des gens » et même de vouloir protéger « les plus vulnérables ». ..... Suite sur le site de ladepeche.fr

Qui est souverain en matière de monnaie : l’Etat ou l’individu ?

Je tenais à vous faire partager cet excellent article trouvé sur le site de l'Institut Coppet :  www.institutcoppet.org Vous trouverez ensuite des extraits du "GUIDE POUR L’ETUDE DE LA PHILOSOPHIE ECONOMIQUE"

Vous souhaitant bonne lecture

Christian Le Maître


Par Raoul Audouin

C’est la question concrète fondamentale que doivent résoudre ceux qui veulent une société où les hommes soient plus libres. On ne l’est pas, quand on doit quotidiennement se servir d’instruments de paiement qui comportent une proportion de fraude indéterminée et, aujourd’hui, fort élevée.
Or, il y a dans notre système politico-économique deux sources d’instruments frauduleux : le papier d’État à cours forcé, et le crédit monétisé. La première source accroît la domination des détenteurs du pouvoir politique, et de ces « pouvoirs parallèles » que constituent les groupes d’intérêts dits représentatifs ; les uns et les autres confèrent ainsi à leurs clientèles ce que Jacques Rueff a appelé des « faux droits ». La seconde donne une influence prépondérante dans l’économie aux financiers, alors qu’ils sont normalement des auxiliaires de l’activité d’entreprise.
Il serait parfaitement utopique de vouloir supprimer le métier de banquier, ou les monnaies-papier nationales. Les moyens de paiement supplétifs sont nécessaires, et l’activité économique en crée irrésistiblement. L’émission de papier-monnaie par les États n’est historiquement qu’un prolongement des procédés privés de création d’instruments de paiement. Le problème véritable est de soumettre ces procédés à une discipline qui permette d’éliminer, aussi continûment que possible, l’inévitable proportion de faux droits monétisés qui circulent concurremment avec les vrais.
Les moyens classiques sont d’une part la procédure de faillite, en ce qui concerne la source privée des créances illusoires ; d’autre part la procédure de libre convertibilité en monnaie-marchandise réelle, en ce qui concerne leur source publique. Payer en matière est le cran d’arrêt qui permet seul de « fermer le robinet » des fausses créances de l’une et l’autre espèce, lorsque leur proportion dans la circulation arrive au point de déclencher ce que nous avons appris à nommer — fort confusément — l’inflation.
Dans l’activité économique privée, les mauvais débiteurs ne peuvent indéfiniment prélever sans payer : ils ne trouvent plus crédit. Les États ont tourné l’obstacle par le cours forcé ; mais ce pouvoir ne peut s’exercer qu’à l’intérieur de leurs frontières. La souveraineté que ces États usurpent sur leurs citoyens est sans effet, lorsque les individus étrangers refusent d’acheter ou de vendre sur ces bases truquées : force est alors d’en revenir à l’antique formule du troc. Autrement dit : payer en matière ou en droits réels (propriétés foncières ou industrielles, œuvres d’art etc.)
Même sur le plan des réalités contemporaines, la question de la souveraineté est ainsi tranchée : elle appartient aux individus, l’usurpation étatique ne fait qu’en entraver, distordre ou, à la limite, bloquer l’exercice. Elle est sans pouvoir pour imposer un ordre factice à la vie économique internationale. Nous débouchons ainsi sur une constatation grosse de conséquences : les monnaies-papier nationales sont des instruments de paiement simplement supplétifs et subordonnés. La véritable monnaie est à trouver — ou retrouver — sur le plan mondial. C’est là qu’il faut situer la discipline hors de laquelle la liberté ne peut être que boiteuse.

GUIDE POUR L’ETUDE DE LA PHILOSOPHIE ECONOMIQUE
Introduction

L’objet de l’étude
Qu’est-ce que l’homme ?

Comment tout a commencé

Qu’est-ce que le droit naturel ?
La vie en société fonde t-elle des droits innés ?
Comment passe t-on de la prédation à l’échange ?
Quels sont les principes d’un droit humain ?

I) UNE ÉCONOMIE DE SERVICES MUTUELS
Qu’est-ce qu’une économie de services mutuels ?

Nature de la société économique
L’économie n’est-elle pas le champ de bataille des intérêts ?
L’homme est il captif des phénomènes économiques ?
L’économie au service de qui ?
Peut-on déterminer un juste prix ?

Le rôle de la monnaie commune dans une économie d’échanges
Comment des valeurs subjectives peuvent-elles se traduire en prix objectifs?
Peut-on donner un prix au travail comme à de simples marchandises ?
Qui a le droit de battre monnaie ?
L’or n’est-il pas trop rare pour servir de monnaie universelle ?
Le bimétallisme n’a-t-il pas échoué historiquement ?

La monnaie, vecteur de la coopération économique mondiale
Qui est souverain en matière de monnaie : l’État ou l’individu ?
Quelle expérience avons-nous d’une monnaie internationale ?
Comment en est-on venu à l’idée d’étalon monétaire ?
Un État n’a-t-il pas le droit d’édicter le cours forcé de son papier monnaie ?
Le sterling-papier n’a-t-il pas été avant 1914 la véritable monnaie internationale ?
Pourquoi l’or servait-il aux paiements particuliers ?

mercredi 9 mars 2011

ÉLECTION UFE MONDE - Un galop d'essai encourageant pour le fondateur du think tank francais-etranger.org

L'Union des Français de l'Etranger (UFE), association que nous présentions dans un article récent, réunissant les Français de l'étranger au sein plus de 170 représentations dans le monde entier, menée par son toujours dynamique Président Gérard Pélisson, organisait le 5 mars 2011 son assemblée générale annuelle au cours de laquelle un tiers de son Conseil d'Administration était réélu.

Cette manifestation fut riche d'enseignement pour notre fondateur, vice président de la représentation de l'UFE Roumanie-Bucarest, qui se présentait pour la première fois aux suffrages des membres de l'ensemble des représentations de l'UFE. De nombreuses personnalités avait fait l'honneur de leur présence parmi lesquelles les ministres Henri de Raincourt et Thierry Mariani, par ailleurs Secrétaire National de la Fédération des Français de l'Etranger du Mouvement Populaire, et Christophe Frassa, le jeune et dynamique sénateur de 43 ans représentant les Français de l'étranger.
Le sénateur Christophe Frassa avec Christian Lemaître

De nombreux sujets passionnants ont été abordés touchant tant à l'excellence française à l'étranger, à la gastronomie qu'aux problèmes pouvant toucher tout Français expatriés, avec un éclairage tout particulier sur le traitement du sujet difficile du retour d'expatriation. En proposant une offre unique appelée "France Expert", l'UFE est plus que jamais au centre des préoccupations des expatriés et des entreprises possédant des expatriés, avec une quarantaine d'experts prêts à répondre à toute question touchant à leurs préoccupations personnelles, familiales ou patrimoniales en France.

Pensant qu'il existe une vraie complémentarité entre notre think tank, dont l'objet est purement intellectuel, et l'Union des Français de l'Etranger dont l'objet est tout entier consacré à la convivialité et à l'action au service des 2,5 à 3,5 millions d'expatriés français, Christian Lemaître avait ainsi décidé de proposer son expérience d'entrepreneur à l'international. En présentant sa candidature, il affirme son intention d'être à la disposition de ceux qui voudraient l'accompagner. Vous trouverez sa profession de foi en suivant ce lien.  Avec l'objectif de l'aider à mettre son projet à exécution Jacques Séguéla lui témoigne son amical soutien actif.


Cependant la valeur, l'expérience de 17 candidats ne donnait que peu de chance au fondateur du think tank francais-etranger.org  d'espérer son élection lors de ce scrutin. Pourtant, en terminant en 11ème position sur 17 candidats pour 8 mandats vacants d'administrateur, celui ci considère qu'il a rempli son contrat. Ce résultat le conforte bien entendu à continuer de travailler au service des idées et de l'action pour nos compatriotes établis dans le monde, au service du rayonnement économique et culturel de la France.

La rédaction francais-etranger.org

mardi 1 mars 2011

Les associations de français expatriés : l'Union des Français de l'Etranger


Aujourd'hui gros plan sur le plus importantes associations réunissant les français expatriés, l'UFE : l'Union des Français de l'Étranger.

Cette association reconnue d'utilité publique, crée en 1927 est présidée par un entrepreneur d'exception : Gérard Pélisson, l'un des fondateurs du groupe ACCOR, aujourd'hui devenu cinquième groupe mondial d'hôtellerie.


Le site internet de l'Union des Français de l' Etranger : www.ufe.org

L’UFE est une Association reconnue d’utilité publique, ce qui lui confère un prestige et une dimension particulière. Sa mission est résumée dans l’article 1 de ses statuts :
"L'Union des Français de l'Etranger (UFE), association fondée en 1927, a pour but de créer et de maintenir un contact étroit entre les Français de l'étranger et la France et de défendre les intérêts moraux et matériels des Français résidant ou ayant résidé hors de France, sans exclusive liée à l’appartenance ou aux convictions."
Ceci est d’ailleurs le propre de toute association reconnue d’utilité publique.


Créée en 1927, l'UFE a une longue histoire au service des Français de l'étranger. On compte, depuis l'origine, parmi ses Présidents des personnalités de premier plan.

L’UFE est présente dans 100 pays avec 163 Représentations. La liste en est publiée dans La Voix de France et sur notre site.
Elle est représentée dans la plupart des institutions et organismes concernant les Français de l’Etranger, en France comme à l'étranger.

Pour consulter la liste des représentations dans le monde : www.ufe.org/annuaire

Les plus grands groupes hôteliers dans le monde

Les hôtels MGM Mirage à Las Vegas

Le magazine www.hotelsmag.com a diffusé à la fin du mois de juin 2009 le classement des plus grands groupe hôteliers du monde, classement réalisé en fonction du nombre de chambres offertes par chaque chaîne hôtelière.

On remarquera dans ce classement la belle 5ème place du Groupe Accor qui a offert en 2008 une capacité hôtelière de 478 975 chambres dans ses 3 982 hôtels.

Parmi les grands groupes européens, en dehors du britannique IHG et du français Accor, on notera la présence à la 12ème position du groupe allemand TUI, du hollandais Golden Tulip en 14ème position, du belge The Rezidor Hotel en 15ème position et de l’espagnol Sol Melia en 17ème position.
Les espagnols réussissent d’ailleurs un joli tir groupé avec quatre autres groupes parmi les 30 premiers, NH Hoteles (23), Barcelo (25), Riu (28) et Iberostar (30).
Le classement laisse voir également une montée en puissance des groupes hôteliers chinois avec Jin Jiang International Hotels qui passe de la 17ème à la 13ème position, et surtout le groupe de Shanghai Home Inns qui n’était pas classé parmi les 300 groupes en 2007 et qui se pointe en 21ème position avec ses 55 578 chambres dans 471 hôtels.
Parmi les groupes français Accor domine bien sûr de loin le classement en arrivant en 5ème position, suivi du Groupe du Louvre (19) et le Club Méditerranée (35).
Top 30 des plus grands groupes hôteliers en 2008
Place Groupe hôtelier Pays

1 InterContinental Hotels Group Royaume-Uni

2 Wyndham Hotel Group États-Unis

3 Marriott International États-Unis

4 Hilton Hotels Corp. États-Unis

5 Accor France

6 Choice Hotels International États-Unis

7 Best Western International États-Unis

8 Starwood Hotels & Resorts États-Unis

9 Carlson Hotels États-Unis

10 Global Hyatt Corp. États-Unis

11 Westmont Hospitality Group États-Unis

12 TUI AG/TUI Hotels Allemagne

13 Jin Jiang International Hotels Chine

14 Golden Tulip Hospitality Group Pays-bas

15 The Rezidor Hotel Group Belgique

16 Extended Stay Hotels États-Unis

17 Sol Melia SA Espagne

18 La Quinta Corp. États-Unis

19 Groupe du Louvre France

20 Vantage Hospitality Group États-Unis

21 Home Inns Chine

22 MGM MIRAGE États-Unis

23 NH Hoteles Espagne

24 Barcelo Hotels & Resorts Espagne

25 Interstate Hotels & Resorts États-Unis

26 Harrah’s Entertainment États-Unis

27 Premier Inn Royaume-Uni

28 Riu Hotels & Resorts Espagne

29 Red Roof Inn États-Unis

30 Iberostar Hotels & Resorts Espagne

Voir le classement complet des 300 groupes hôteliers
Parmi les leaaders de ce classement on rappellera que InterContinental Hotels Group, IHG, est représenté dans le monde par les hôtels InterContinental, Crowne Plaza, Holiday Inn, Hotel Indigo et StayBridge Suites.
Le groupe français Accor est propriétaire des hôtels Sofitel, Mercure, Novotel, Pullman, Suite Hotel, MGallery, Adagio, All Seasons, Ibis, Motel 6, Studio 6, Etap Hotel et Hotel F1.